La monopalme

monopalme

La nage en monopalme

L’historique

• En 1937, DE CORLIEU, l’inventeur de la bipalme, fut contacté par CAZALIS alors directeur de la piscine de Pontoise (FRANCE). Ce dernier lui demanda de construire une palme en forme de queue de dauphin. Elle devait être mise en mouvement par un mouvement oscillatoire des jambes, les deux pieds étaient alors joints et fixés sur ce nouveau type de palme.
CAZALIS voulait tester sur deux professeurs de natation, une technique de nage copiée sur la propulsion des cétacés. Les deux premiers monopalmeurs de l’histoire furent donc Messieurs DEMANGE et PAULUS qui nagèrent dans la piscine de Pontoise avec des monopalmes.
Les résultats enregistrés avec ce nouveau matériel n’ont pas été au niveau des espérances. Par la suite, on n’entend plus parler de cette monopalme.

• En 1956, les premières compétitions de sports aquatiques voient le jour en Italie et en URSS.

• En 1960, le premier Championnat de France de Sports Aquatiques est organisé, mais toujours pas de monopalme.

• En 1967, au cours d’une compétition amicale qui avait lieu en France, les organisateurs ont la surprise de voir un des membres de l’équipe soviétique, au départ d’un 40 m apnée, équipé d’une monopalme.
Cette monopalme possède en son centre une lame flexible en acier et sur les cotés des renforts rigides liés à cet axe. C’était un peu la conception de la première monopalme de DE CORLIEU. Sur ces parties rigides, mais flexibles, est tendue une toile épaisse. La démonstration fut plutôt décevante au point de vue de la performance réalisée.

• Toujours en 1967, lors des Premiers Championnats d’Europe de Sports Aquatiques à Angera (Italie), les soviétiques arrivent avec des modifications importantes sur leurs monopalmes. Elles sont plus allongées et ressembles à des pattes de canards, elles possèdent alors des emplacements en caoutchouc qui enveloppent les pieds sur leurs monopalmes. Les résultats obtenus en nageant ne sont pas encore exceptionnels.

• En 1969, la nage avec palmes se sépare de toutes les autres techniques subaquatiques telle les courses d’orientation individuelles ou en équipes qui ont lieu en milieu naturel.
Le premier Championnat d’Europe de Nage avec Palmes qui a lieu à Locarno en Suisse. Douze nations sont représentées et ce championnat regroupe la nage en surface, l’apnée et la nage en immersion avec bouteille.
La finale du 100 m surface est gagnée par le soviétique KRASNIKOFF en 44,24 s.

• En 1970, à Sabadell près de Barcelone en Espagne, se déroule le Quatrième Championnat d’Europe de Nage avec Palmes et de Technique Subaquatique. Les soviétiques arrivent avec des monopalmes en fibre de verre époxy qui donnent un véritable élan à ce sport de nage.
Mieux, l’entraîneur PODODOV, du célèbre Club Nautique de Kiev (UKRAINE), met au point une monopalme à armature de titane ainsi qu’une technique de nage spécifique à cette discipline de nage.
Une jeune nageuse soviétique, Nadedja TOURUKALO entraînée par PODOROV, remporte le 25 m apnée. Toujours avec sa monopalme, elle gagne également le 400 m avec 20 s de moins que le précédent record sur cette distance.
La démonstration est faite, l’utilisation d’une monopalme et la mise au point d’une technique appropriée de nage permet de réaliser des performances supérieures à la bipalme.

• En 1971, au Championnat d’Europe à Avignon, pratiquement tous les nageurs soviétiques de nage en surface courtes distances (100, 200 et 400 m) et de nage en immersion sont équipés de monopalme.
A l’époque, le règlement imposait une synchronisation des bras et du mouvement oscillatoire des jambes ! Ceci avait pour conséquence, qu’après un effort de plus de 3 min, les monopalmeurs nageant en surface s’essoufflaient. Seule, Nadedja TOURUKALO était capable de nager le 400 m en moins de 4 min.

• En 1972, aux Championnats d’Europe à Moscou et pour les courtes distances, les performances réalisées avec des monopalmes par rapport à celles réalisées avec des bipalmes sont nettement supérieures.
A cette époque, un règlement est appliqué :
– limitation de l’apnée à 15 m après le départ plongé et après chaque virage pour les épreuves surface ;
– suppression des pantalons en néoprène pour les épreuves « piscine » et donc, par voie de conséquence, de l’épaisse couche de graisse située sous ce pantalon qui imitait la peau des cétacés ;
– suppression des carénages des bouteilles et des tubas ;
– obligation de flottabilité des monopalmes.

• En 1976, au premier Championnat du Monde à Hanovre, les monopalmes sont présentes dans toutes les épreuves. La synchronisation des bras et des mouvements oscillatoires des jambes est toujours obligatoires mais des techniques de nages ont vu le jour.
Conséquence, la nage en monopalme se généralise dans toutes les épreuves. Antonova TATJANA gagne les épreuves du 200, 400, 800 et 1 500 m en monopalme ! !

• En 1977, l’obligation du mouvement synchronisé des bras et des jambes est supprimée. La tête doit être en surface.

• En 1976, aux Championnats d’Europe à Rennes 233 nageurs de 18 nationalités sont présents, pratiquement tous en monopalme.

L’utilisation des monoplaces en compétition est réglementée en dimension et en forme.

Elles permettent aux champions de nage en monopalme sur courte distance, d’atteindre des vitesses sur l’eau et dans l’eau de l’ordre de 13 à 15 km/h  !

Description

Une monopalme est un type de palme utilisée en surface, en apnée et parfois même en plongée subaquatique. Elle comprend une surface unique, la voilure, sur laquelle sont fixés deux chaussons, un pour chaque pied.

La voilure des monopalmes peut être composée de fibre de verre, de caoutchouc et/ou de fibre de carbone.

La pratique

Pour les débutants, avant de chausser une monopalme, il faut maîtriser la technique de la nage en bipalme et posséder l’aisance de la respiration avec un tuba frontal. En règles générales, ces techniques s’apprennent assez rapidement.

Le mouvement de nage est un mouvement oscillatoire du bassin dont l’énergie est puisée dans la musculature des membres inférieurs et de la ceinture abdominale.

En conséquence, la pratique de la monopalme développe et fortifie surtout la musculature :

– de la ceinture abdominale et des espaces intervertébraux ;

– des fessiers et des membres inférieurs.

Au bout d’un an d’entraînement en monopalme, parfois moins, les sensations de glisse apparaissent. Le plaisir de nager avec des mouvements différents de ceux de la natation classique donne un renouveau aux sports de nage.

Voir également sur Wikipedia : Monopalme / Wikipedia